La Propolis un autre trésor de la ruche

propolis-bienfaits.jpgCire, pollen, miel, gelée royale… nous connaissons toutes ces richesses issues de la ruche. Négligée depuis trop longtemps, la propolis retrouve aujourd’hui un net regain d’intérêt.

Nous savons que les abeilles font du miel pour nourrir les larves afin qu’elles puissent voler et s’alimenter d’elles-mêmes, mais aussi pour garder des réserves de nourriture pour l’hiver. En prélevant résines et baumes sur les bourgeons de certains arbres comme les conifères, les peupliers ou encore les marronniers d’Inde, les abeilles fabriquent cette substance, la propolis. Elle est le fruit d’un travail minutieux. Une fois que les ouvrières ont terminé leurs récoltes, elles les mélangent avec la sécrétion de leurs propres glandes salivaires à des résines et baumes (50 à 55%), de la cire (30 à 40%), des huiles volatiles ou essentielles (5 à 10%), du pollen (5%)… Le savant mélange terminé, elles ne le stockent pas dans les alvéoles de la ruche. Il est utilisé tout de suite par les maçonnes.

La propolis est un produit multi-usage

Elle sert à réparer tout ce qui se dégrade à l’intérieur. Elle colmate les petites fissures, assurant une meilleure isolation. Sorte de mortier, les abeilles l’utilisent pour rétrécirpropolis-on-edge-of-frame l’entrée de la ruche, notamment l’hiver pour empêcher l’air froid de pénétrer. Mais ce qui encore plus fantastique, en vernissant l’intérieur de la ruche avec cette substance, elles créent une sorte de barrière de désinfection pour éviter que les bactéries s’y développent. Ne pouvant se débarrasser des intrus trop encombrants qui pénètrent leur forteresse, elles les embaument notamment avec la propolis afin d’empêcher la putréfaction et les dangers microbiens qui en découlent.

Connu depuis la nuit des temps

Autrefois très proche de la nature et en observateur averti… l’homme a compris qu’il pouvait tirer partie des étonnantes propriétés de la propolis. Les premiers à l’avoir utilisée étaient les prêtres de l’Egypte antique. Ils s’en servaient pour la préparation des momies afin de les conserver le plus longtemps possible.

Elle fut également très utilisée par les Grecs. C’est à eux que l’on doit le nom de cette substance. En grec, pro signifie en avant et polis, la cité. Aristote en parle dans son « Histoire des animaux » et la considère comme « un remède aux affections de la peau, plaies et suppurations. » propolis-ban

Mais c’est avec les latins qu’elle acquit toutes ses lettres de noblesse. Quant aux légionnaires romains, ils en avaient dans leur besace. Elle leur était d’une grande aide lors de blessure. A cette époque, les antibiotiques n’existaient pas. Et la propolis facilitait la cicatrisation des plaies, notamment en réduisant les enflures.

Chez les Incas, elle était employée lors d’infections fébriles. Ce n’est qu’aux 18e et 19e siècles, que l’on retrouve des traces de son usage en France dans les traitements des plaies. Mais son apogée, quant à son utilisation, fut lors de la guerre des Boers en Afrique du Sud, dans les années 1900. Certes beaucoup moins connue que le miel, la propolis a su traverser les siècles.

Depuis, au travers de nombreux travaux et expérimentations, des chercheur du monde entier ont étudié non seulement l’ensemble de ces données antiques, mais la substance elle-même. Aujourd’hui, ils peuvent certifier que la propolis est capable de stopper un dizaines de germes pathogènes, égalant l’action de certains antibiotiques.

Aux multiples vertus

propolisLa particularité de la propolis se situe au niveau de sa grande teneur en bioflavonoïdes. Ces dernières sont des antiseptiques fabriqués par les végétaux pour se protéger des rayons solaires nocifs, se défendre contre les bactéries et les champignons. En résumé, ils possèdent des propriétés antibiotiques naturelles.

Sous formes de pâtes à mâcher, de tablettes, de poudre, de solution alcoolique, de pommade, de crème ou encore de gel, la propolis ne joue pas seulement un rôle d’antibiotique avec une action bactériostatique et bactéricide. Loin de là ! Elle a de nombreuses propriétés médicinales. Elle est également indiquée dans toutes les situations d’infection telles que celles de sphère ORL : rhumes, maux de gorge, otites, sinusites, angines, pharyngites, rhino-pharyngites, laryngite, extinction de voix, affections broncho-pulmonaire…

Mais aussi pour tout ce qui est de l’ordre de la stomatologie (gastrites, certains ulcères…) de l’intestin, ou encore du colon. Ses bienfaits ne s’arrêtent pas à tous ces maux. Dans un tout autre domaine, elle prévient les caries, gingivites, douleurs et infections dentaires et la mauvaise halène. Concernant la peau, comme nous l’avons vu plus haut, elle facilite la cicatrisation. Elle soigne donc les coupures, engelures, brûlures, même les coups de soleil.1912316-inline

La propolis n’est pas réservée qu’aux malades. En cure, elle permet de préparer les personnes aux éventuelles agressions saisonnières en renforçant les défenses immunitaires, notamment en augmentant la production d’anticorps. N’oublions pas aussi que la propolis contient des oligo-éléments tels que le mangasène, l’argent, le sélénium, le magnésium, le fer… On y trouve aussi des vitamines B 3 et A. De quoi faire le plein d’énergie. Dans les troubles articulaires (arthrite, arthrose…), elle aide à diminuer les douleurs. Sans compter qu’en accélérant le métabolisme cellulaire, elle rajeunit les cellules…

propolis-12160Où la trouver ? Bien évidemment, vous pourrez en trouver chez tous les apiculteurs spécialisés, mais aussi dans les magasins diététiques et bio. Vendu comme complément alimentaire, la propolis commence à trouver sa légitimité en médecine préventive, donc en pharmacie.

By Clarisse

A LIRE

Les bienfaits de l’apiculture

Pionnière de l’agriculture bio, Catherine Ballot-Flurin, apicultrice depuis 30 ans est experte en préparation apithérapique et apiculture médicale. Au cœur des préoccupations : le bien être de la ruche, de l’environnement et des hommes. Dans livre, elle invite à la rencontre et à la découverte des 5 forces de la ruche (miel, propolis, pollen, gelée royale, venin). Sans compter qu’elle offre également une mine de recettes naturelles maison, faciles à mettre en œuvre, dédiées aux petits bobos du quotidien, à la beauté du corps et au bien-être intérieur.

Catherine Ballot Flurin aux Editions Eyrolles. Pages. Prix: 12,90 euros.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s