Transpirer oui… mais pas trop !

En spray, en stick ou bien en roll-on, les déodorants se veulent de plus en plus efficaces. Aujourd’hui, ils sont même devenus un véritable soin. Ils respectent notre peau tout en tordant le cou aux mauvaises odeurs…

À peine sorti de la maison, vous transpirez. Vous gardez alors les bras collés au corps à cause des auréoles disgracieuses, de peur que certains pensent que votre hygiène laisse à désirer. Ils ont tord ! Transpirer ne sert pas seulement à éliminer les déchets et l’acide lactique, mais aussi à lubrifier la peau. C’est un phénomène physiologique naturel. Il est même indispensable lorsqu’il fait chaud. ! La transpiration permet à l’organisme de réguler la température interne.

À quoi cela sert ?

Tous les jours, nous perdons ainsi environ 0,7 litre de sueur. Un volume qui augmente naturellement lors d’un effort physique ou en raison de la chaleur. C’est la thermorégulation, un mécanisme physiologique qui permet à l’homme de maintenir sa température interne de manière constante à 37°C. Il en va ainsi quelles que soient sa propre production de chaleur et lors des variations climatiques extérieures. On dit de l’homme qu’il est homéotherme. Et l’organisme des homéothermes est divisé en deux zones n’ayant pas la même température : une est la température centrale du corps et l’autre la température de surface. Ainsi, lorsqu’il fait chaud, l’organisme va augmenter la température cutanée, puis celle du noyau central. Comme toute régulation physiologique, les centres de thermorégulation sont sous la dépendance du système nerveux central. A chaque fois qu’il faut réduire la température de l’organisme, ce sont les centres nerveux thermorégulateurs qui, par l’intermédiaire du parasympathique, augmentent la sudation. La sueur refroidit la peau, puis par contact, le sang qui repart dans l’organisme. Lorsque la thermorégulation ne parvient pas à maintenir des conditions de température centrale « normales », on parle alors d’hyperthermie lorsqu’elle est supérieure. Inversement d’hypothermie lorsqu’elle est inférieure à la normale.

Pourquoi tant d’odeur ?

Il arrive que certaines personnes réagissent encore plus à la chaleur et donc transpirent plus que d’autres, transformant en cauchemar la vie de celles qui en souffrent. On parle alors d’hyperhidrose. Chez elles les glandes sudoripares sont fortement stimulées, en particulier au niveau des pieds, des aisselles, des mains et du visage. Le corps humain en contient 100 par cm² de notre peau. Ce qui représente entre deux et quatre millions de glandes particulièrement actives l’été. Il en existe deux sortes. Les glandes eccrines, qui se trouvent sur toute la surface de la peau, et qui sécrètent une sueur inodore composée d’eau, d’un peu de sels minéraux et d’acide lactique. Et les glandes apocrines, situées au niveau des aisselles et des zones génitales, dont la sueur devient mal odorante au contact de l’air et des bactéries présentes à la surface de la peau. D’où l’importance d’avoir une bonne hygiène. Sans compter que pendant une phase de chaleur, le corps perd en moyenne 20 à 40 grammes de sueur par minute. Mais comment se débarrasser des mauvaises odeurs ?

Les moyens pour lutter ?

Une douche quotidienne reste des plus utile, en utilisant un savon surgras pour ne pas agresser la peau.

Pour les aisselles une épilation nette limitera la diffusion d’odeur. Il faut dire que les poils retiennent l’humidité, favorisant la macération que l’on recherche à éliminer. Rien de tel que les déodorants pour supprimer les petites odeurs. Antibactériens, ils se contentent de lutter contre la source : les bactéries.

Seuls les anti-transpirants et les dé-transpirants limitent la sécrétion de sueur. Formulés à base de sels d’aluminium, ils bloquent le processus de la transpiration en resserrant les pores de la peau. Attention ! Ils ont la réputation d’être cancérigènes. Mieux vaut les éviter.

La pierre d’alun demeure un excellent déodorant corporel. 100% naturelle, son action astringente régule la transpiration sans pour autant l’éliminer. Grâce à sa propriété antiseptique, elle élimine le problème d’odeur à la base.

Les vêtements collants et les fibres synthétiques sont à proscrire. Portez des matières naturelles, notamment le coton pour les sous-vêtements et le fil d’écosse pour les chaussettes.

Sachez aussi que l’alimentation y joue également un rôle. Haro sur le sel, les boissons gazeuses ou à base de caféine, l’alcool, les mets épicés, l’ail, l’oignon… contribuent à la mauvaise odeur dégagée par la transpiration.

Buvez ! Lors de grosses chaleurs, le corps transpire énormément et peut éliminer jusqu’à 3 litres en une journée. Il faut donc compenser cette perte hydrique en s’hydratant. N’attendez pas d’avoir soif !

By Clarisse

Reproduction interdite – Copyright © clarissenenard.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s