Ginseng, la racine de vie

Utilisé depuis plus de 4 000 ans dans la pharmacopée chinoise et considéré comme une panacée en Extrême-Orient, la racine de ginseng est un antifatigue naturel dont les bienfaits ne sont plus à prouver.

« Dans la tradition chinoise, l’énergie est la force qui soulève le couvercle de la marmite d’eau bouillante dans laquelle cuit le riz, aliment de base des Chinois depuis l’antiquité, explique le docteur Patrick Aubé, médecin généraliste, omnipraticien à orientation acupuncture et phytothérapie, dans le Finistère. Dans le langage traditionnel, qui fait référence au concept d’énergie circulant dans l’organisme, le Ginseng fortifie l’énergie vitale et le sang, en restaurant le yang. La racine de ginseng est considérée comme une drogue de nature yang, dite tiède et réchauffante. Elle pallie ainsi à des symptômes froids traduisant une déficience des organes vitaux. »

empereur chinePrésent dans la pharmacopée chinoise depuis plus de 4 000 ans, le ginseng est certainement l’une des plantes médicinales les plus connues au monde. Du latin Panax Ginseng, elle trouve son origine en Extrême-Orient, où elle pousse à l’état sauvage. Appartenant à la famille des araliacées, elle doit son nom à la forme curieuse de sa racine. « gin » signifiant homme et « sen » racine. Pour la petite histoire, plus la racine du ginseng grandit plus elle prend une allure anthropomorphe, un tronc avec deux bras et deux jambes.

Un peu d’histoire…

Appelé « fleur de vie », « merveille du monde, ou encore « racine de vie, le ginseng est également l’une des plantes qui a été le plus étudiée. L’un des premiers documents détaillés à parvenir en France fut rédigé à Pékin en 1711 par le Père Jartroux, missionnaire jésuite en Chine. Le ginseng entra à la cour de France sous le règne de Louis XIV qui consomma du ginseng jusqu’à la fin de sa vie. L’histoire raconte qu’il se vit offrir des racines de ginseng par le roi de Siam et que ses vertus aphrodisiaques firent grand bruit.0958018d8ccc429

Plus récemment, c’est dans les années 40 et 50 qu’il était utilisé par les sportifs en Europe. Boxeurs et cyclistes en consommaient régulièrement pour améliorer leur endurance et leur performance. S’il fallut attendre le XIXe siècle pour qu’il fasse son entrée dans la pharmacopée française sous le nom de Panax Ginseng C.A. Meyer, c’est au XVIIe siècle que des marchands hollandais initient son commerce vers l’Europe. Quant au succès qu’il a aujourd’hui, il n’a vraiment débuté que depuis quelques décennies. A ceci, il convient d’ajouter son développement lent, une récolte après quatre années de culture pour des raisons de qualités et de tradition.

De bienfaits et vertus

Le ginseng est avant tout un stimulant du système nerveux, intellectuel et accroît l’endurance physique. C’est un stimulant, vaso-moteur. Il a une action de fond sur l’organisme. Il est apprécié pour son caractère adaptogène : il permet une meilleure résistance aux divers stress.

« Il est particulièrement indiqué dans la prévention des conséquences sur l’état général d’un stress prolongé physique ou mental, ajoute le docteur Patrick Aubé. Le profil clinique du patient susceptible de réagir au mieux serait un individu fatigué physiquement et mentalement. Lors des états d’épuisement que l’on retrouve au cours des dépressions réactionnelles faisant suite à un stress prolongé (harcèlement au travail, divorce…). La 93724Our-Works-Ginseng-product-6fatigue accompagnant les états douloureux chroniques, tels les fibromyalgiques. L’asthénie prolongée accompagnant certaines maladies infectieuses.»

Au-delà de ces qualités traditionnellement reconnues, le ginseng améliore la mémoire, aide la concentration intellectuelle, peut avoir un effet régulateur du métabolisme, sur la glycémie et sur la tension artérielle. D’où lui viennent toutes ces propriétés ? Des vitamines (B1, B2, B3, B5, B6, B8, B9, B12, C et E). Si tous ses composants n’ont pas encore été identifiés (plus de 250), ses actifs spécifiques sont des molécules appelées ginsénosides, dont les multiples effets bénéfiques sont : l’action anti-inflammatoire et anti-oxydante.

Formule rouge ou blanche ?

En gélules, en teinture mère, en extraits secs et fluides ou encore en tisanes, les racines de ginseng sont commercialisées sous plusieurs appellations : « ginseng rouge », « ginseng blan8-beneficios-ginsengc ou encore « radicelles de ginseng ». Tout dépend du procédé de séchage. Le premier est obtenu par lavage des racines et séchage au soleil ou par blanchiment pendant quelques minutes à l’eau chaude et séchage vers 60°C. Le deuxième est dû à un traitement à la vapeur d’eau pendant 20 à 30 minutes, suivi d’un séchage vers 60°C. La couleur obtenue est brune, rougeâtre, translucide. Quant à la troisième, elle correspond aux petits fragments et brisures des extrémités des racines

Un concentré d’énergie

La composition de la racine de ginseng (Panax ginseng C.A. Meyer) contient plus de 250 composants ! On peut cependant citer les principaux composants suivants :

  • vitamines B1, B2, B3, B5, B6, B8, B9, B12, C, E;
  • sels minéraux : fer, cobalt, aluminium, manganèse, phosphore, potassium, silice, vanadium ;
  • oligo-éléments (sélénium) ;
  • enzymes (amylase, invertase et phénolase) ;
  • lipides, protides, glucides ;
  • acide folique.

A prendre en cure de 3 mois

ginseng-tea-720x480Si vous souhaitez entamer une cure de ginseng, elle durera en générale entre un et trois mois. La dose varie en fonction de l’âge et de l’effet souhaité. « Il faut savoir qu’en médecine traditionnelle chinoise, l’objectif est une remise en état de l’équilibre physiologique de l’organisme grâce à une forme d’autorégulation. » certes le ginseng ne présente aucune contre-indication notable, toutefois, gare aux surdosages ou à une prise prolongée. Ils peuvent entraîner insomnies, nervosité, diarrhées, éruptions cutanées…

Les contre-indications

Par mesure de sécurité, la prise de ginseng peut être déconseillée dans les cas suivants :

  • hypertension artérielle ;
  • enfants en bas âge (moins de 5 ans) ;
  • problèmes cardiaques ;
  • troubles du rythme cardiaque;
  • problème de coagulation ;
  • personnes ayant un cancer hormono-dépendant ;
  • personnes atteintes de la schizophrénie ;
  • femmes enceintes

Peut-on l’associer à d’autres plantes ?

« L’association qui me parait la plus intéressante est celle avec les oméga 3, notamment lors d’asthénie globale à prédominance psychique, ajoute le docteur Patrick Aubé. Cela accélère la récupération cognitive et intellectuelle. Mais si l’on observe les règles de la pharmacopée chinoise, l’action équilibrante du ginseng pourrait être renforcée par la prise d’extraits de racine de réglisse et de gentiane. »

By Clarisse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s