Sport et homéopathie : « Une approche non négligeable… »

Que vous soyez sportif amateur ou de haut niveau, l’homéopathie peut s’avérer très utile pour renforcer votre organisme, prévenir les petits bobos et améliorer votre récupération musculaire. Faisons le point avec le docteur Gérard Murgues,

« L’homéopathie fait partie des procédés utilisés chez les sportifs de haut niveau dans la prise en charge d’un traumatisme musculaire ou articulaire. » Pour le docteur Gérard Murgues, médecin du sport, notamment de l’équipe de France A féminine de basket, cette thérapeutique est un outil non négligeable parce que dénuée de tout effet délétère contrairement à beaucoup de médicaments. « L’homéopathie a sa place dans l’arsenal thérapeutique mis au service de l’athlète. Nous devons avoir un certain respect pour la vigilance, la performance… Sans compter qu’il y a beaucoup de traitements que nous ne pouvons employer à cause des effets secondaires, des interactions médicamenteuses, ou encore du dopage. » Contrairement à ce que peuvent penser certains esprits chagrins, l’homéopathie n’est pas un placébo.

Comme en médecine générale, elle peut s’avérer efficace dans presque tous les domaines : appareil locomoteur, traumatologie, gynécologie, ORL, ophtalmologie, dermatologie, allergologie, infectiologie, gastroentérologie, phlébologie, système nerveux, etc. toutefois, son champ d’action a des limites. « S’il est évident que l’on ne ne pourra pas traiter un cancer, elle peut faire disparaître des symptômes secondaires désagréables, avait précisé le Dr Martine Gardénal, médecin homéopathe depuis 35 ans, lors de la 10ème journée médicale de l’INSEP portant sur la place de l’homéopathie en médecine du sport. « Lorsque je partais avec l’équipe de France de tir, je prenais toujours avec moi deux pharmacies. Le sportif avait le choix. Il était décideur. »

Médecine allopathique ou homéopathique ?

@ Laboratoire Boiron

Gérard Murgues ne se pose pas la question. « Nous, médecins de terrain, nous essayons de donner un maximum de chance pour que l’athlète récupère le plus rapidement possible. Je trouve vraiment ridicule de ne pas utiliser l’homéopathie tout comme la cryothérapie, la balnéothérapie, la massothérapie, la physiothérapie, etc. N’opposons pas les thérapies entre elles. Associons les pour que le sportif puisse en tirer tous les bienfaits. » Cela serait d’autant plus idiot qu’elles sont complémentaires et se potentialisent mutuellement. « L’homéopathie est un très bon complément, même pour les protocoles des kinésithérapeutes. »

Pour la prise en charge d’un traumatisme immédiat, vous avez tous vu le kiné ou le médecin arriver sur le terrain avec la bombe de froid ou la poche de glace. Vous connaissez aussi les fameux granules d’Arnica Montana à prendre dès l’incident…

« Que ce soit suite à une agression musculaire ou articulaire, nous devons respecter la phase inflammatoire qui est le premier temps de cicatrisation. Pendant cette période toujours douloureuse, beaucoup de personnes prennent des anti-inflammatoires pour leur action antalgique. Or, on peut avoir le même effet avec d’autres molécules comme le paracétamol ou encore en mettant de la glace. Quant à l’Arnica, c’est le médicament employé lors d’un choc. Il a une action anti-ecchymose et antalgique qui respect cette phase de cicatrisation des fibres musculaires très importante. » Souvenez-vous, lorsqu’il y a un traumatisme musculaire, il y a saignement. L’organisme envoie dans le foyer lésionnel des cellules macrophages pour digérer un peu l’hématome et nettoyer les fibres lésées. Arrivent après, les fibroblastes afin d’élaborer le processus de cicatrisation. Ensuite, se met en place une prolifération de cellules de régénération qui fusionnent en ligne créant de nouvelles fibres musculaires. « Si l’on prescrit trop d’anti-inflammatoires lors de cette phase, on favorise le saignement. N’oublions pas que ce sont des dérivés de l’aspirine. »

Quand prendre ces petits granules ?

À prendre avant, pendant et après l’effort, l’homéopathie ne sert pas à améliorer la performance. Elle aide à préserver l’organisme, à rester en bonne forme et à favoriser la récupération. « Les produits comme la Sportéine® peuvent être pris éventuellement de manière préventive mais surtout pour prévenir les douleurs musculaires ou encore les courbatures induites par l’exercice physique. »

Que vous soyez un sportif amateur ou de haut niveau, les dosages restent les mêmes. « En général, on recommande sept à huit comprimés pendant les trois premiers jours après un gros effort. Pour l’Arnica, on observe la règle des 5 : 5 granules, 5 fois par jour, pendant 5 jours. Ensuite, tout dépend si c’est aigue ou chronique, quelque chose de récent ou qui dure depuis un petit moment, précise Gérard Murgues.

  • En cas de crampes, on peut faire des cures de Cuprum Metallicum de un à trois mois.
  • Pour les tendinites, celles-ci doivent être intégrées dans un protocole de rééducation chez le kinésithérapeute. » 

Pour les petits bobos du sport, demandez conseil auprès de votre pharmacien. En cas de pathologie difficile à soigner ou qui récidive, consultez votre médecin. Il y a peut être un autre problème. Posez vous les bonnes questions. Est-ce du surentrainement ? Un matériel inadapté ? Une mauvaise gestuelle ?

Constituez votre trousse en homéopathie du sport

  • Ampoules :
    • Peau échauffée : Apis Mellifica 5CH
    • Peau rouge : Belladonna 5CH
    • Ampoule formée : Cantharis 15CH et application locale de Calendula TM dilué.
  • Bleus, bosses et fatigue musculaire l’Arnigel®.
  • Courbatures : Arnica 9CH
  • Crampes : Cuprum Metallicum 5CH
  • Contractures : Magnesia Phosphoria 7CH
  • Entorse de la cheville : Arnica 9CH 1 dose puis 5/5/5 Apis Mellifica 5CH en cas d’oedeme et Hamamelis pour drainer. Puis secondairement Rhus Toxicodendron Ruta en cas de raideur articulaire.
  • Tendinopathie :
    • Rhus Toxicodendron 9CH (atteinte ligamentaire), lorsqu’elle est soulagée par le mouvement et aggravée par le repos ;
    • Ruta Graveolens  5CH (atteinte périostée) ;
    • Bryonia 7CH, lorsqu’elle est soulagée par le repos et aggravée par le mouvement ;
    • Belladonna 5CH lorsqu’il y a une sensation de chaleur locale ;
    • Kalium Bichromicum 5CH quand il y a une douleur aiguë en un point précis.
  • Tendinocynovite : Arnica 9CH + Apis Mellifica 5CH + Belladonna 5CH.
  • Traumatisme musculaire : Arnica 9CH, Hamemelis (drainage), Bellis (anti-ecchymose)
  • Récupération musculaire : Sportenine®

Respectez le protocole de R.I.C.E.

Cette méthode de premiers soins doit être appliquée immédiatement après toute lésion ou blessure.

  • Repos
  • Icing, glaçage de la zone lésée
  • Compression
  • Élévation

By Clarisse

@Tout Droit Réservé

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s