Eau, forme et santé

L’eau, c’est la vie ! « Buvez chaque jour au moins 1,5 litre d’eau ». Cette phrase nous l’avons entendue maintes et maintes fois. Contrairement à la nourriture, nous ne pouvons pas survivre plus de quelques jours sans boire. Pour tous et tous les jours, boire est indispensable pour garder la forme.

L’eau, principal carburant du corps

4e0a1aee3fffc0ce243a359b378ce7f4Après l’oxygène, l’eau est le deuxième élément vital. Elle constitue environ 65% du corps chez les adultes, soit environ 45 litres pour un homme de 70kg, 75% chez le nouveau né, et 95% chez l’embryon. Elle se trouve partout, mais à concentration différente, de 1% dans l’ivoire des dents à 90% dans le plasma sanguin, en passant par les muscles 75%, les os (22%), la peau (70%)…

Capable de constituer des réserves nutritionnelles sous forme de glucides (sucres), de lipides (graisses)… notre organisme ne peut stocker l’eau. Les apports en eau doivent donc être réguliers et suffisants pour réajuster le capital hydrique. C’est-à-dire compenser les pertes –par les urines, la respiration, les selles ou la transpiration- qui varient avec les conditions atmosphériques, l’activité physique, certaines maladies (diarrhée, fièvre, etc.).

Le corps ressemble plus à une éponge devant toujours rester humide. C’est pourquoi, nous devons en permanence réajuster le capital hydrique. Une condition essentielle pour se maintenir en bonne santé.

L’eau dans l’organisme

L’eau nous entoure. Elle est en nous. C’est le principal constituant du corps. Non seulement les milliards de cellules qui composent notre organisme en sont remplies (l’eau intercellulaire représente la plus grande partie), mais elles s’y baignent (l’eau qui occupe l’espace intercellulaire sert de réserve aux cellules et aux vaisseaux sanguins) ; le sang et la lymphe contiennent le reste.

Le bon fonctionnement de notre corps dépend du maintien de l’équilibre et de la qualité de notre milieu hydrique.

En effet, l’eau, constituant majeur des cellules, remplit aussi des fonctions essentielles :

  • Elle participe aux multiples réactions chimiques de transformation de matière et d’énergie (le métabolisme) qui s’effectuent dans le corps et permet d’en éliminer les déchets ;
  • Elle assure le transport à tous nos organes de substances dissoutes indispensables à leur fonctionnement : sels minéraux, vitamines, hormones, enzymes…
  • Elle participe aussi au maintien d’une température corporelle constante.
  • Elle favorise la digestion des aliments, facilite l’élimination urinaire des déchets et le travail des reins.
  • Elle sert aussi à lubrifier les articulations et les yeux, à tonifier les muscles, à garder une peau élastique et l’esprit vif.
  • Elle est bénéfique pour la perte de poids. Sans calorie, l’eau est un excellent coupe faim ! 😉

L’eau un besoin vital

hydratationQue ce soit par les voies respiratoires et urinaires, les selles ou la transpiration, nous éliminons quotidiennement deux à trois litres d’eau. Ces pertes inévitables varient selon l’énergie dépensée, les conditions climatiques (chaleur, air sec…), la température du corps (fièvres, diarrhées…), les activités physiques pratiquées et le poids. Ainsi, afin de ne pas rompre l’homéostasie, nous devons continuellement combler cette dette en eau.

Même si une partie des besoins est couverte par l’eau contenue dans les aliments (environ 1 litre), il est indispensable de la compléter par un supplément journalier de 1,5 litre. Absorbée sous forme de thé, café, tisane, potages… la meilleure boisson –non calorique- qui existe, c’est l’eau minérale ou celle du robinet. C’est la seule qui ne soit pas diurétique et qui ne contienne pas de calorie.

Pourtant ignorant et oubliant à quel point cet apport est essentiel à la vie, nous n’en buvons pas assez. Trop souvent, nous attendons d’avoir soif pour boire. Malheureusement, il est alors trop tard. Lorsque cette sensation apparaît, le manque d’eau est déjà présent. Le volume hydrique étant descendu en-dessous d’un certain seuil, le cerveau a libéré une hormone appelée vasopressine. Comme son rôle est de maintenir l’osmolalité des deux milieux (intra et extra cellulaire), elle envoie un signal d’alarme lorsque l’organisme est déshydraté et qu’il a besoin d’eau.

Boire avant d’avoir soif !

aide-aux-personnes-agees-ou-handicapees500eb4db335e6Non seulement cette alerte arrive en retard, mais encore nous passons la plupart de notre temps dans des appartements surchauffés, des bureaux climatisés… résultat, sans même nous en rendre compte, nous nous déshydratons, d’autant que les réserves en eau de l’organisme s’épuisent rapidement.

Au début, le manque d’eau se traduit par la sensation de soif, de bouche sèche, de difficulté de concentration. Le travail des reins est gêné pour éliminer les déchets, les urines deviennent plus foncées.

Au stade suivant -déshydratation moyenne- la soif est intense, la peau est chaude et desséchée. Un état général de faiblesse est accompagné de vertiges, un état général de faiblesse, de crampes, maux de tête, irritabilité, somnolence… Les infections urinaires, entre autres, peuvent être aggravées, et la survenue des calculs favorisée. Quant aux symptômes de la déshydratation intense, ils vont de l’hypotension à un état léthargique, en passant par l’anurie (manque total d’urine) ou une impossibilité d’ingérer de l’eau par voie orale.

A cet état, c’est une urgence… et l’hospitalisation. Tout le corps, le cerveau en particulier, surchauffe. Boire, un geste simple dans nos contrées, doit être ou devenir un réflexe. Apprenez-le à vos enfants dès le plus jeune âge.

By Clarisse

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s